Stade Jean Bouin (France) : Focus sur l’utilisation du Ductal®

Le nouveau stade Jean Bouin s'habille d'une résille dissymétrique et ondulante d'environ 20 000 m² en Ductal®. Focus sur la conception des 3 600 panneaux triangulaires qui en forment la maille extérieure.

15.07.2016
 

Face au Parc des Princes en béton armé, conçu en 1972 par Roger Taillibert, le nouveau Stade Jean Bouin, imaginé par l'architecte Rudy Ricciotti, fait le pari de la légèreté et de la lumière. Grâce aux performances du Ductal®, le Stade est enveloppé par de fins panneaux de BFUP, à la fois ossature et peau, façade et couverture étanche.

Son enveloppe extérieure se décompose en trois zones : 
- la façade ajourée composée de panneaux de résilles autoporteurs filtrant la lumière ;
- la tête de façade avec un taux de perforation moins important et une courbure plus prononcée pour marquer la transition entre la façade et la toiture ;
- la toiture composée de panneaux avec inclusion de verre.

Au total, 18 moules ont été nécessaires pour la réalisation de ces 3 600 panneaux. Pendant un an, le préfabricant Bonna Sabla a ainsi fabriqué ces milliers de panneaux avec une cadence de production élevée, soit plus de 18 panneaux par jour. 

« Un prototype à échelle 1 a été soumis à une batterie de tests et essais en laboratoire : fatigue au vent avec 78 000 cycles de flexion, chocs thermiques, chocs mous et durs, 50 cycles de gel dégel simulant entre 30 et 50 ans de durée de vie de l'ouvrage, et mise en eau des panneaux pour tester l'impérméabilité », explique Guillaume Lamoureux, un des responsables du bureau d'études Lamoureux Ricciotti Ingénierie.

Des tests préalables complets

« Un prototype à échelle 1 a été soumis à une batterie de tests et essais en laboratoire : fatigue au vent avec 78 000 cycles de flexion, chocs thermiques, chocs mous et durs, 50 cycles de gel dégel simulant entre 30 et 50 ans de durée de vie de l'ouvrage, et mise en eau des panneaux pour tester l'impérméabilité », explique Guillaume Lamoureux, un des responsables du bureau d'études Lamoureux Ricciotti Ingénierie.

Les panneaux de toiture avec inclusion de verre, une véritable innovation

Pour la fabrication de la toiture, le BFUP a été coulé autour des verres qui ont d'abord été positionnés dans les moules. L'étanchéité entre le béton et le verre est assurée par des joints en silicone posés sur le contour des verres avant coulage. Autre exigence architecturale pour cette nappe à double courbure : l'imperméabilité des panneaux, garantie par le BFUP Ductal®. Grâce aux performances mécaniques du Ductal®, les panneaux triangulaires ont un taux d'inclusion de verre de 20 à 27 %. La très haute résistance en flexion a permis la réalisation de panneaux de toiture très élancés, avec une portée de 8 à 9 m. L'épaisseur des éléments définie pour ce projet (de 35 à 45 mm) a été favorable à l'orientation des fibres. « Une bonne orientation des fibres permet de reprendre les efforts. D'où l'importance du procédé de coulage, testé à plusieurs reprises, via le prélèvement de pièces carottées de BFUP dans les panneaux prototypes, afin d'arriver à un optimum entre la performance du panneau et un mode d'introduction viable et robuste pour Bonna Sabla », Dominique Corvez, Directeur au sein de l'équipe BFUP/Ductal®.

Les panneaux de façade, une maille extérieure en dentelle

Le Ductal® a permis la réalisation de panneaux résilles de faible épaisseur (11 cm pour les plus fins) avec un taux de perforation supérieur à 50%. Les performances mécaniques du Ductal® fibres métalliques autorisent un emploi des résilles en garde-corps. L'utilisation du même matériau en toiture et en façade assure une harmonie esthétique à l'œuvre. La qualité des conditions de mise en œuvre du produit combinée aux caractéristiques esthétiques du Ductal® ont permis d'obtenir des pièces uniformes en teinte sur l'ensemble de la couverture.

 

Contacter
notre service client

 

Plus d'information sur les enjeux techniques de la conception du Stade Jean Bouin en visonnant la vidéo