CN Pont de chemin de fer, Quebec, Canada - Chemisage des piles de pont

La Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada, épaulée de consultants spécialisés d’AECOM, étaient à la recherche d’une solution innovante et durable. L’objectif ? Réparer les piliers d’un pont de chemin de fer à Montréal, dans une zone dont la morphologie est complexe.

02.08.2016
 

Le pont ferroviaire surplombe une rampe d’accès du pont Victoria, dont les voies sont étroites. C’est pourquoi la couche de réparation en béton devait être aussi fine que possible pour optimiser leur accessibilité. Dans ce cas précis, les colonnes soutenant la voie ferrée pouvaient supporter la circulation et le poids des trains mais les réparations étaient nécessaires afin de les protéger contre les chlorures et le cycle du gel/dégel. Le BFUP Ductal® a été utilisé sur ce chantier pour une bonne raison : les réparations devaient durer au moins deux fois plus longtemps qu’avec une méthode traditionnelle. La détérioration des piles piliers du pont a été aggravée par la configuration du site. La rampe du pont possède une inclinaison longue et continue, se prolongeant après le pont. Les bassins collecteurs sont situés plus loin, à l’est de la structure. Les eaux de pluies et les sels de dégivrage (en hiver) se déversent de manière continue dans cette zone et sont projetés par les véhicules sur les piles. Grâce à ses qualités de durabilité exceptionnelle, le BFUP Ductal® était donc le matériau idéal pour ce chantier de réparation.

L’entrepreneur, DJL Construction, a dû s’adapter à des conditions de travail difficiles. L’une des voies de circulation devait en effet rester ouverte au trafic durant le chantier et les trains devaient pouvoir franchir le pont sans interruption.

 
 

Le BFUP est un matériau fluide et auto-nivelant : la pression hydrostatique doit donc être prise en compte et l’étanchéité du coffrage est un point essentiel. Dans ce cas précis, des vibrations se faisaient nettement ressentir au passage des trains. L’idée initiale était de couler tout le côté ouest dans le béton en une seule fois. Le BFUP Ductal® a été coulé sur site grâce à deux bétonnières à cisaillement, approvisionnant des sacs contenant un rendement de 0,5 mᶟ. Chaque chargement était ensuite conduit de la zone de transit sur le site au moyen d’un chariot-élévateur et d’un wagon-trémie.

Quand le coffrage a été rempli aux trois quarts, une fuite s’est déclenchée en bas de la structure. Une fois celle-ci contrôlée, l’équipe-projet a décidé de suspendre les opérations et de continuer le coulage quelques jours plus tard. Comme mentionné précédemment, la circulation des trains, bien que sporadique, continuait à provoquer des vibrations structurelles ayant contribué à créer la fuite. Le joint de reprise étant situé au-dessus de la zone d’exposition à la fuite, et comme le BFUP est en mesure de colmater des formes et des structures complexes, il n’était pas nécessaire de préparer la surface en amont du coulage. Un mélange partiellement composé de BFUP Ductal® a été employé pour combler les points de fixation lorsque le coffrage a été retiré.

Ce type d’application reposant sur le coulage sur site montre que des techniques de profilage spécifiques sont nécessaires lorsqu’on utilise le BFUP pour des coulages importants. Les coffrages doivent alors être conçus et répartis pour recevoir et contenir le matériau dans son état liquide. Cette opération nécessite une attention plus importante que pour le coulage de béton traditionnel. Le coulage de petites quantités de matériau sur site s’est également avéré bénéfique : il a permis de minimiser les pertes car il était possible d’interrompre l’approvisionnement en cas de problèmes ou de retards vis-à- vis des délais impartis.

 

Contacter
notre service client